LE PROJET "MÉMOIRES DE FEMMES"

UN ESPACE POUR CONTER & SE SOUVENIR DES HISTOIRES DE NOS GRAND-MÈRES & DE NOS AÏEULES QUI UTILISAIENT LE SAUNA VAGINAL POUR LA SANTÉ DE LEUR UTÉRUS.


ART : Waterspider Design

ART : Waterspider Design

La pratique du sauna vaginal est régulièrement victime de scandales dans la presse, qui médiatise des incidents dramatiques - mais isolés - de femmes qui ont utilisé le sauna vaginal sans avoir reçu un quelconque enseignement de la part d’un.e professionnel.le de cette technique de santé. La presse contribue à donner une image du sauna vaginal comme étant une pratique marginale, dangereuse et perchée, et décrédibilise un soin efficace, porteur d’autonomie féminine et surtout ancré sur des connaissances pointues. Sans parler des gynécologues peu scrupuleux qui profitent de ces articles diffamatoires pour faire un discours attisant la peur, pour mieux garder les femmes dans l’impuissance.

ON NE NOUS EMPÊCHERA PAS DE RENOUER AVEC CE QUE NOUS ONT LÉGUÉ NOS ANCÊTRES.

VOUS AUSSI VOUS VOULEZ TÉMOIGNER ?


ANGÉLICA

ART : Michelle Jones

ART : Michelle Jones

“ Le sauna vaginal est une tradition encore répandue dans mon pays, le Mexique. Dans ma lignée, les femmes l’utilisent surtout pendant “la quarantaine” ou "les quarante jours après l’accouchement”, afin de faciliter la cicatrisation et soulager les douleurs de l’utérus, mais aussi pour se faire un “apapacho” (mot d’origine Náhuatl qui veut dire “se caresser avec l’âme”). On se caresse avec l’âme des plantes, qui nous aident non seulement à soigner physiquement mais aussi à materner la nouvelle mère, à l’accueillir et prendre soin d’elle pour qu’elle puisse ensuite prendre soin du bébé. En général c’est la mère et la grand-mère qui s’occupent de préparer le bain. Quand on va au marché, on demande simplement le mélange “postpartum” qui varie selon la région. L’idée est aussi d’apporter de la chaleur à l’utérus ou au ventre, car pour les ancêtres, l’utérus doit rester chaud, et c’est l’excès de froid qui donne les douleurs et le manque de vitalité. On l’utilise aussi lors de certains problèmes liés aux règles, comme les saignements trop abondants ou les douleurs menstruelles, entre autres. Malheureusement même au Mexique cette tradition est en péril de disparaître, surtout dans les grandes villes, et cela me rendre très triste. Donc merci de partager cette pratique en France, car cela permettra d’informer un plus grand nombre de personnes sur les bienfaits de cette belle tradition.”


D’autres témoignages seront publiés prochainement.

Julie Austin